Tafi del valle, une arrivée sans triomphe !!!

Comme prévu, les affaires se compliquent aux pieds des Andes, programme de la journée 1500 mètres de dénivelé sur 50 km avec 20 km de plat au début pour l’échauffement !!!

Au bout de 30 km, je fais un bref calcul et évalue mon arrivée à Tafi de nuit, en clair une étape sera nécessaire. Avec mes 5 km/h c’est peu, mais des cotes à 10% qui s’enchainent, c’est raide, je confirme. Vers 15 heures je me renseigne sur la possibilité de bivouaquer. Un vendeur d’artisanat le long de la route m’indique la cabane des employés de la DDE locale située à 2 km. Je m’y rends et demande l’autorisation de planter ma tente. Les types sont du genre « rustiques », mais après quelques minutes de conversation ils me proposent un café, de l’eau, la douche et les toilettes. Il n’y aura que les toilettes et la douche qui ne seront pas testées, vu la crasse ambiante… Mais avec la fatigue, je m’endors comme un bébé vers 20H00, décidé de me lever tôt pour grimper les 30 derniers km qui m’amèneront à 2000 mètres d’altitude.

Au bout de 10 km en 2h 1/2 , un camion s’arrête et me propose de me grimper à Tafi, je refuse stoïquement espérant grimper ce bout de montagne seul, mais 5 km plus tard je commence à me dire que la prochaine proposition sera la bienvenue… Après tout, mettre une journée à en baver alors qu’on peut faire me parcours en 45 mn, çà fait réfléchir. C’est alors qu’un deuxième chauffeur de truck me propose la montée, en 45 secondes les sacoches et le vélo était chargés avec le cycliste et « roule ma poule ».

J’arrive donc 30 mn plus tard à Tafi del Valle, sans triomphe mais mon voyage n’est pas non plus une succession de records sportifs.

Demain, même programme avec 1000 mètres de dénivelé sur 20 km, très franchement si je trouve un occasion pour monter en camion, j’accepterai dès la première fois.

DSCF0951
DSCF0951
« 1 de 3 »

  3 comments for “Tafi del valle, une arrivée sans triomphe !!!

  1. TA LILIANE
    14 septembre 2014 at 9 h 54 min

    Puisque dans la famille on aime bien Audiard…
    « Bienheureux les fêlés… car ils laisseront passer la lumière. »
    Ou alors plus connu: « Les cons ça ose tout c’est même à çà qu’on les reconnait. »
    Bon courage mon José, sois prudent et ne double pas en côte!
    Ta Lili

    • 14 septembre 2014 at 23 h 06 min

      je ne sais pas comment je dois prendre toutes ces citations ???, la dernière fois tu voulais contacter « Les « Editions du plat pays », ta fille qui laisse entendre qu’il n’y a que les cons qui vont loin!! Vous ne seriez pas en train de me considérer comme un con de catégorie internationale ?? Bises à toutes les deux.

  2. Maxime53
    13 septembre 2014 at 9 h 40 min

    Bon courage Franck!

    Je confirme la notification par mail du nouveau post!

Laisser un commentaire