LA JOURNÉE AVAIT POURTANT BIEN COMMENCÉ …

Il est 8 heures quand je donne mon premier coup de pédale de la journée. Je viens de prendre un petit déjeuner copieux : riz frit, œufs au plat café au lait. Je suis fin prêt pour affronter les 1000 mètres de dénivelés qui m’attendent dans 15 km. Bonne surprise, l’ascension du col Bukit Fraser n’est pas si difficile que je l’imaginais. C’est longue cote sinueuse de 15 km que j’estime avec des passages entre 5 et 8 % mais surtout une route étroite et peu fréquentée. La forêt borde la route, j’aperçois des singes qui semblent attendre mon passage dans le fossé pendant que d’autres me suivent quelques mètres d’arbres en arbres. Les oiseaux chantent et les ruisseaux clapotent, enfin une journée comme je les aime. On dirait la Nationale 7 de Trenet !!!  Bref, j’arrive en haut du col à midi, usé mais heureux de pouvoir dans quelques minutes savourer les 30 km de descente qui m’attendent.

Après cette longue descente je m’engage sur une 4 voies bien plate et en bon état, s’il ne faisait pas si chaud, ce serait le bonheur… Les gens que je croise me lancent des «  hellos » ou lèvent le pouce, je leur réponds comme toujours de la même manière mais le bonheur sera de courte durée.

Deux jeunes (17/20 ans) sur un scooter me doublent et tout en roulant engagent la conversation en malais exclusivement. Je leur fais comprendre que je peux parler en anglais, mais des rires bizarres s’affichent sur leur visage. Ils me dépassent, font demi tour au loin et reviennent à ma hauteur, cette fois le ton monte et je leur fais comprendre que je ne comprends toujours rien… Depuis le début, j’ai un mauvais pressentiment et je ne sens pas l’affaire… avec l’expérience on développe sans doute un sixième sens ?? Bref, après un troisième passage à mes cotés, le passager arrière du scooter attrape ma pochette que j’avais sur ventre et tout en roulant me tire avec eux tout en roulant. Je ne sais par quel réflex, je m’agrippe à ma pochette et tire violemment ce qui a pour conséquence de couper le lacet et de me faire chuter. Je me relève rapidement, la pochette à la main soulagé. Les types s’enfuient, bredouilles et moi je reste comme un con sur le bord de la route avec quelques égratignures et une bosse et une belle frayeur. Il va sans dire que cette pochette contenait tout ce qui est important quand on voyage : passeport, téléphone GPS, CB et liquide … si leur coup avait réussi, il n’était pas dans la merde le cycliste !!!.

Avec le recul, je me rends compte que je suis le premier fautif, a-t-on idée de se balader avec une pochette ventrale visible ? Alors que celle-ci est bien entendu prévue pour être portée sous une chemise. Excès de confiance et imprudence peuvent apparaitre pour certains comme de la provocation… en voilà la preuve. En fait, il y a des dizaines de victimes de la même manière dans le métro à Paris tous les jours…

Ma traversée de la Malaisie tire à sa fin, c’était bien en tout cas mieux que l’Indonésie !!! Les villes que j’ai traversées ne sont pas très belles, le rapport qualité/prix des hôtels restera un mystère (pour 20 euros on peut avoir un hôtel 3 étoiles et presque pour le même prix une chambre miteuse limite propre … Quant à la gastronomie, je recommence à manger de bon cœur, ce qui ne m’était pas arrivé depuis plusieurs mois.

Ma prochaine frontière sera celle de la Thaïlande. A bientôt.

DSCF1118
DSCF1118
« 1 de 28 »

  1 comment for “LA JOURNÉE AVAIT POURTANT BIEN COMMENCÉ …

  1. louisa Flanet
    1 juin 2015 at 22 h 29 min

    Coucou Franck et bien pas drôle ton aventure.Heureusement que tu ne sois pas blessé. Bonne route et prends soin de toi bises

Laisser un commentaire