En route vers le Canada

De Fairbanks au Yukon ( Canada)

Après avoir fait réparer  l’écran de mon ordinateur qui a explosé sur la route Dalton, je passe presque une semaine « réparatrice » à Fairbanks. L’auberge de jeunesse est sympa et il faut parfois se forcer pour décoller des endroits sympas. Je reprends la route en compagnie de Harry, un jeune retraité rencontré quelques jours plus tôt qui me propose de rouler quelque jours ensemble.  Bien que plus âgé que moi  il fonce comme un dingue ce con, sur son vélo à grosses roues et je me rends compte une fois de plus qu’il est très difficile d’avoir un compagnon de route quand on ne roule pas à la même vitesse. L’impression de ralentir l’autre et particulièrement désagréable, de même, passer son temps à attendre l’autre l’est tout autant. Notre voyage en commun prendra fin naturellement car il casse une pièce vitale de son engin au bout de 4 jours, il devra continuer en stop les 500 km que le séparent d’un vélociste sans doute à Whitehorse.

Personnellement,  je commence à retrouver un peu de jambes, les cotes me paraissent moins dures, ce qui ne m’empêche pas de maudire les affaires prises en trop que je traine inutilement dans mes sacoches. Même avec un peu d’expérience on continue à faire des erreurs… De plus, les supermarchés ne courent pas les rues dans le coin, ce qui oblige à prévoir de la nourriture pour 6 à 8 jours et donc quelques kg de plus.

DSCF1474

La route qui mène au Canada est splendide même avec les cotes. Entièrement bordée par la forêt, des senteurs extraordinaires s’échappent des bas cotés, c’est l’avantage de voyager à vélo. Une mère élan suivi de ses deux petits ont traversés lentement la route à 30 m de moi, je ne compte pas les lapins et les écureuils mais toujours pas d’ours…

Une fois passé la frontière du Canada, les travaux sur les routes rendent pénible les journées. Dans les zones de travaux, la circulation est bloquée et c’est une voiture pilote qui prend en charge le convoi des véhicules privés et à chaque fois je charge mon barda dans le pick-up pour quelques km.

Le soir, il est relativement facile de trouver un camping, le tarif est annoncé à l’entrée, juste une boite aux lettres pour y déposer sa participation après avoir rempli un formulaire !!! La confiance règne ici …  Les services sont minimum, pas d’eau potable, pas d’électricité juste des toilettes sèches très propres d’ailleurs.

Le Yukon est un immense état du Canada et très peu peuplé, la montagne, les arbres, les animaux bref il vaut mieux aimer la vie au grand air dans le coin.

Je me dirige maintenant vers Haines, à nouveau en Alaska, pour prendre un ferry jusqu’à Prince Rupert, ensuite on verra bien dans quel sens le vent va me pousser…

DSCF1477 DSCF1471

  1 comment for “En route vers le Canada

  1. louisa Flanet
    23 juin 2016 at 15 h 49 min

    coucou Franck très belle photos, Courage ta forme va revenir .Bisous

Laisser un commentaire