Darhamshala, en route vers la sagesse???

Petit rappel sur l’histoire récente  de Darhamshala : « Quand le 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso, quitta le Tibet, le Premier ministre indien Jawaharlal Nehru l’autorisa avec ses proches à établir un gouvernement tibétain en exil à Dharamsala en 1960. Depuis, plusieurs milliers de réfugiés tibétains se sont établis dans la ville. La plupart d’entre eux résident dans le haut de Dharamsala (McLeod Ganj), où ils ont établi des monastères, des temples et des écoles. La ville est parfois appelée le « petit Lhassa », en référence à la capitale tibétaine. Elle est devenue une destination touristique importante, avec de nombreux hôtels et restaurants. » Wikipedia

Je retrouve une amie d’enfance  Diane  qui vit en Californie et  qui m’a accueilli déjà deux fois chez elle lors de précédents voyages. Toujours aussi sympa, la semaine passée ensemble  à sillonner la région passera bien vite grâce aussi  à son amie  Maya qui nous accueille.  Diane est accompagnée de John, le  jongleur étatsunien. John est un descendant  des Ahuris des Alpes. Comme ses ancêtres, il est loyal, paisible et  doux  avec  les  enfants,  bref,  c’est un type bien qu’on n’oublie pas. Son gout obsessionnel  pour le violet est évident  à la vue de  sa tenue  composée d’un subtil camaïeu de violets qui part de la  casquette dinosaure aux Crocs sans oublier le sac à dos, l’artiste est sans concession. « J’aime le violet mais je suis non violant » dit-il et oui John jongle aussi avec les mots.

Nous passerons tous les trois  une semaine extraordinaire grâce à  Maya  qui nous a organisé  de nombreuses  visites. Monastères, artisans potiers, minotiers  et multiples rencontres au sein de familles. Mais  le clou de la semaine aura été de voir passer le Dalaï Lama en voiture alors qu’il regagnait  sa résidence principale. Une semaine riche en rencontres et découvertes gastronomiques entre autres. Il y a des endroits sur cette terre dont on a envie d’y revenir avant de les avoir quittés.

Je dois reprendre ma moto pour regagner Delhi et ensuite m’envoler vers  Chennai ( ex Madras) découvrir  le Sud de l’Inde. Tous les jours je remercie le ciel de ne pas voir eu la mauvaise idée de venir dans ce pays avec mon vélo. La circulation en moto est déjà compliquée  mais à vélo ?  Mission impossible pour moi. Les routes étroites et défoncées, le trafic, la pollution, non vraiment pas de regret. Vive la Royal Enfield  » ‎Made like a gun, goes like a bullet … ».

MONASTERE-W. (1)
MONASTERE-W. (1)
« 1 de 23 »

Post navigation

Laisser un commentaire