Chapada Diamantina et Carnaval de Salvador de Bahia

Dernier article avant mon retour en France prévu  le 10 mars.

Il y a 2 ans et demi, j’ai rencontré un franco-chilien à San Marcos ( Argentine) qui m’a vanté la beauté d’un village nommé Chapada Diamantina au Brésil, et bien m’y voilà aujourd’hui. Résumons en trois mots les lieux : permaculture, yoga, treks. Le premier soir, à peine arrivé au village Vale do Capao, je me pose dans un bar qui a de la musique live. Un mélange de rap, de reggae, de  traditionnel indou ajouté d’une pointe de  bourrée normande. L’univers musical du groupe est définitivement trop éloigné du mien, une note juste et c’est la pépite du morceau !!  des impros à 5 en même temps c’est trop, je craque je vais me coucher.

La région est connue pour ses sites grandioses aux couleurs de rêves. Je reviendrai plus tard pour en découvrir plus. Je suis parti de cet endroit trop tôt, dommage.

Il y a 35 ans, j’aimais déjà cette ville. Elle a changé  bien sûr, plus d’immeubles, moins de pauvres mais sans doute plus de violence. Le Pelorinho (le centre historique) est devenu aussi touristique que la Place du Tertre mais la magie reste. Je me sens bien ici.

Le carnaval démarre officiellement le 23 février cette année, mais les festivités commencent quelques jours avant. Je vais au  concert de Gilberto Gil au milieu du Pelorinho, c’est la gloire de la ville. Le lendemain premier bain de foule devant une scène, au bout de quatre minutes mon téléphone a disparu… bon, çà c’est fait !!!

Barra, Campo Grande, Pelorinho,  3 circuits officiels de Salvador et 3 ambiances différentes.

A Barra, le spectacle est dans la rue, des barbus bodybuildés défilent main dans la main en tutu ou en abeille. Les décolletés menacent d’exploser, j’ai dix ans et je suis au rayon jouets des Galeries Lafayette!!!

La Police Militaire est omniprésente, des patrouilles de 5 hommes défilent en ligne  le long du cortège, leurs visages fermés des militaires n’invitent pas vraiment à fraterniser,  un débordement et ce sont les mains en l’air et les jambes écartées en  trois  secondes, impressionnant d’efficacité !! . Hier, la police a du taper un peu fort, le  type est mort à l’hôpital dans la nuit. Le gars ne devait pas être un ange non plus, il était  fiché pour port d’arme et trafic de drogue selon le journal. Je doute que l’affaire ait  autant de suites médiatiques que pour une bavure française.

Des torrents de bière SKOL (fournisseur officiel) s’ingurgitent chaque minute au son assourdissant des trios elétrico (monstrueux camions remplis de haut-parleurs surmontés d’une scène). Les canettes jetées au sol sont rapidement ramassées par une palanqué d’hommes et mises en sacs  pour y être revendu, l’aluminium vaut cher, enfin 0,60 euros le kilo (62 canettes). Une pratique efficace du tri sélectif.

 Delphine une française rencontrée à la Chapada Diamantina m’a indiqué  un cours de portugais dans le quartier de Barra. Je m’offre 5 jours de  cours accélérés, de plus l’école propose  de s’inscrire dans un bloco pour défiler. J’achète donc mon teeshirt (droit d’entrée) et nous nous pointons  à 21 heures à Campo Grande lieu de départ de notre bloco. Les décibels déferlent au rythme de la samba et du axé, la fête démarre  et  durera jusqu’à 2 heures du matin. Je rêve de ce moment depuis 35 ans, mission accomplie.

Les jours suivants, je reste plus souvent dans le Pelorinho, le quartier est un peu plus calme dans la journée. Mais partout dans la ville les différents circuits repartent vers 17 heures pour s’arrêter tard dans la nuit. Au bout d’une semaine de carnaval, j’aspire au calme et décide de retourner à Boipeba, une ile à 80 km au sud de Salvador. Hamac, plage et caipirinha au programme…

P1100907 (1)
P1100907 (1)
« 1 de 16 »

  2 comments for “Chapada Diamantina et Carnaval de Salvador de Bahia

  1. panuco
    2 mars 2017 at 22 h 56 min

    Super …ton plus beau post depuis aout 2015 …. nos vemos por alla en Francia cuando esta de regreso …
    Un abrazo

    François

Laisser un commentaire