CARTHAGENE, DEPART POUR LE PANAMA

Si la nouvelle ville de Carthagène ne présente pas beaucoup d’intérêt en revanche les quartiers de la vielle ville sont extraordinaires. L’architecture coloniale et l’activité fourmillante des rues rendent attachante cette ville. Ses remparts, ses rues étroites et ses maisons colorées sont dignes de cartes postales. Je m’y baladerais longtemps et je me rendrais aussi à Playa Blanca,the plage, bien trop touristique à mon gout.

Carthagène sera ma dernière ville colombienne avant de rejoindre le Panama. Bien qu’une liaison ferry-boat existe depuis quelques mois entre Carthagène et Colon (Panama), je préfère faire la traversée en voilier. C’est plus cher, c’est plus lent mais c’est une nouvelle expérience, presque un autre voyage. Un rendez-vous avec le capitaine du Baruffa est pris pour le 21 janvier à 19h00 à l’hôtel pour un départ prévu le 23 à 8h00. Nous sommes 8 passagers plus lui, un italien de la cinquantaine, qui trimballe sa chevelure blonde et frisée sur les mers d’Asie et celles des Caraïbes depuis plusieurs dizaines d’années comme l’annonce le site internet. Le type souriant inspire confiance, de toute façon mes maigres connaissances maritimes ne me permettraient pas de juger de la fiabilité du capitaine et de son embarcation.

En ce qui me concerne, coté navigation, cela relève de la Marie Joseph https://www.youtube.com/watch?v=Nln_l4YFyRc : Ecole de voile de la plage des Dames de Noirmoutier, promotion 1968 (tout le monde a été reçu cette année là !), option Caravelle, parce que trop vieux pour les Optimistes. Une traversée du désert de 47 ans si l’on peut dire, bref vous l’avez compris, un CV de marin aussi brillant me permettra d’affronter toutes les tempêtes et de compter parmi les équipiers les plus fiables …

DSCF0535
DSCF0535
« 1 de 14 »

Laisser un commentaire