BALI, ILE DE RÊVES ?

Me voilà à Bali, très franchement en dehors des images de cartes postales , je n’ai aucune idée de ce que je vais pouvoir découvrir en arrivant à l’aéroport. Après le stress habituel lié au transport aérien de mon vélo, je fais un show sur le trottoir pour le remontage de mon bordel (du grand Mendez !!) une quinzaine de spectateurs intrigués par la forme de mon vélo m’observe, le clou du spectacle sera les premiers 20 m sur le sol indonésien après un salut bien amical à l’assistance. Il est 18h00 et la nuit arrive à grand pas ainsi qu’une pluie chaude et je ne tarde pas à me trouver un hôtel, non loin de l’aéroport, histoire de reprendre de nouvelles marques. Je retrouve une chaleur humide et les odeurs qui me rappellent celles de la Colombie et que j’aime bien finalement.

Je ne passerai même pas une journée à DENPASAR, la plus grande ville de Bali, qui ne présente aucun intérêt parait-il et m’engage très vite en direction du nord de l’ile. La circulation est intense et la pollution avec, drôle de première impression pour cette ile que l’on dit paradisiaque ?

Le lendemain je dors dans un « home stay » genre B&B où je découvre un Guide du Routard de 2007, on y écrivait déjà il y a presque 10 ans que : «  BALI, c’est fini ». L’ile serait pillée et dénaturée par le tourisme de masse ? bien entendu, je m’abstiendrai de tout commentaire à ce sujet après seulement 3 jours sur les lieux !!!

Je décide de faire le tour de l’ile qui n’est pas très grande en passant par la route du nord qui serait moins fréquentée soit disant. Adieu les pistes cyclables de Nouvelle Zélande et la courtoisie routière, ici il faut rester sur ses gardes en permanence et freiner à temps. Quant au code de la route, c’est une vue de l’esprit…

Aujourd’hui, je dors à TULAMBEN, l’activité principale du village est liée à la plongée, la plage de galets n’a rien d’exceptionnel, et comme je n’ai nullement envie de suivre une initiation à la plongée avec bouteille ce sera donc repos et farniente toute l’après-midi.

La sculpture sur bois ou ciment semble être une spécialité de l’ile, vu le nombre important d’ateliers d’artisans qui jalonne la route. C’est beau, mais pas dans mon salon !!!

Avec mon visa de 30 jours accordé à l’arrivée, je n’aurai que le temps de rejoindre JAKARTA à 1300 Km aussi il va sans doute falloir demander une prolongation de 30 jours ce qui ne semble pas être une mince affaire ? Surtout en ce moment avec cette histoire de condamné à mort de l’un de nos compatriotes, il ne manquerait plus qu’un incident diplomatique !! Plan B, je décolle pour la Malaisie vers laquelle les vols sont fréquents à partir d’une ville moyenne, ce qui m’épargnera la mégapole de Jakarta qui m’effraie. On verra bien d’ici là.

 

DSCF0937
DSCF0937
« 1 de 12 »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1 comment for “BALI, ILE DE RÊVES ?

  1. louisa Flanet
    1 mai 2015 at 21 h 00 min

    Coucou Franck très belles photos ,en effet tu as raison n encombre pas ton vélo avec une sculpture pour offrir à Laurence!!! Bonne route bises

Laisser un commentaire